Un seul club vous manque, et vous vous faites enfler

Cette semaine, les 3 clubs français engagés en Ligue des Champions se sont inclinés. Cela ne s’était plus produit depuis les 18 et 19 octobre 2011, avec Lille (0-1 face à l’Inter), Marseille (0-1 contre Arsenal, dans le fameux groupe de la mort), et lyon (0-4 sur la pelouse du Real). Comme quoi, la présence de l’ol en coupe d’Europe n’est pas synonyme de bons résultats français.

Au delà de la différence de niveau entre la Ligue des Talents et le reste de l’Europe, on a surtout constaté que l’arbitrage semblait s’acharner sur les clubs français. On a tous en mémoire les remontadas parisiennes, contre le Barça ou Manchester United, marquées par des faits de jeu discutables, ou la mascarade de la saison dernière en Ligue Europa, quand Arsenal a marqué un but validé malgré un hors-jeu de 2 mètres de Lacazette. L’ancien gone qui n’aurait pas dû disputer cette rencontre, si l’UEFA n’avait pas décidé de réduire sa suspension, 48 heures avant le match…

Cette saison, les déboires rennais continuent : menace de sanctions de l’UEFA suite au premier match de leur histoire en Ligue des Champions puis la suspension de Nzonzi la veille de leur deuxième match, parce qu’il avait shooté dans une bouteille. Le troisième match a été un vol manifeste, avec deux pénaltys sortis de nulle part offerts aux Blues de Chelsea, assortis chacun d’un avertissement pour Dalbert, ce qui fait que le match était plié avant la mi-temps pour des Bretons qui devaient remonter 2 buts à 10 contre 12.

Voir l’article intéressant de So Foot à ce sujet.

Pour Paris, le bilan est plus contrasté, car le pénalty dont ils ont bénéficié après 20 minutes était également généreux, mais c’est au niveau de la distribution de biscottes que l’on a trouvé un déséquilibre. Face à Leipzig, 5 joueurs ont été avertis, dont deux doublement, ce qui fait que Paris à finit à 9. Les trois premiers cartons jaunes sont hallucinants. Le quatrième sanctionne logiquement une vilaine faute de Kimpembé, qui a stoppé irrégulièrement un contre. Mais ce contre n’aurait jamais dû se produire, car il y a 3 fautes du même joueur allemand pour récupérer le ballon…

Face au même adversaire, la saison dernière, lyon n’avait reçu qu’un seul carton jaune, alors qu’ils avaient multiplié les fautes et les mauvais gestes. Et les débordements pendant et après le match n’ont toujours pas été étudiés par la commission de discipline de l’UEFA… On le confirme, année après année, ce qui fait la force de l’ol en coupe d’Europe, c’est bien l’arbitrage honteusement favorable dont ne bénéficient pas les autres clubs français !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *